Ecosse, Scotland

Cliquez sur la galerie pour visualiser les images une par une

Voyage en 2017


Couleur ? Noir et Blanc ? je n’ai pas réussi à trancher, donc je vous présente un mix !

 Quand j’ai dit autour de moi que je prévoyais d’aller en Ecosse je fus surpris par la réaction quasi unanime de tous. En effet, pas un ne m’a pas dit : « quelle chance », « je rêve d’y aller », « j’y suis allé, et c’était magnifique », bref, cet engouement pour cette destination me paraissait quelque peu surfaite, et je ne voulais pas me laisser influencé de peur certainement d’être déçu.

C’est donc sans avis trop préconçu, et sans avoir trop potassé que j’ai pris mes cliques et mes claques, et que je suis parti en road trip avec mon camion pour en faire le tour, construisant mon itinéraire au fur et à mesure des jours.

Dès le premier soir j’y étais, la pluie, les lacs, la nature majestueuse…et les mitgees ! L’émerveillement ne s’arrêtera pas jusqu’à la fin. Le plus incroyable dans ce pays c’est la lumière, et quand on est photographe, c’est le paradis ! Les ciels aussi sont toujours emprunts de quelque chose de fort qui ne peuvent nous laisser indifférents, même s’ils déversent régulièrement leur quota quotidien de flotte. Il suffit à tout instant de faire un 360° autour de soi pour avoir toutes les conditions climatiques réunies, la pluie torrentielle, la bruine, le soleil, le ciel bleu, les arcs en ciel…

Et que dire des rencontres que l’on n’y fait ??? Il ne se passait un jour sans discussions fournies avec les gens rencontrés ci et là, au gré de mes déplacements, que ce soit en pleine nature, au coeur des villes, dans les magasins ou les bateaux, il y avait toujours quelqu’un prêt à entamer le bout de gras. Inutile de vous dire que le Brexit revenait souvent au centre de nos échanges, et que bien sûr, les écossais sont extrêmement contrits par cette décision qu’ils ne partagent pas en grande majorité. La situation économique les soucient aussi énormément, car l’industrie du pétrole est en pleine perte de vitesse, car trop chère à exploiter. Bref, tout n’est pas rose par là-haut, mais les écossais sont tellement accueillants et sympas, qu’on ne peut qu’espérer qu’ils trouveront le bon chemin qui les conduira vers leur indépendance. Jusqu’à la dernière heure, juste avant de passer la frontière entre l’Ecosse et l’Angleterre, où j’ai rencontré Ian, éleveur de moutons qui faisait sécher la laine de mouton fraichement tondue et la fille de ses voisins, Maddy, qui malgré une pathologie extrêmement lourde, un bec de lièvre à l’oeil (ils ne sont qu’une vingtaine d’enfants dans le monde) était un véritable rayon de soleil, pleine de vie, causante et si vive d’esprit. C’est donc rempli de cette dernière rencontre que j’ai quitté l’Ecosse, laissant derrière moi des souvenirs et des rencontres très fortes.

Je ne vous parlerai pas du Whisky, qui bien sûr fut un régal à déguster, mais aussi à apprendre à boire.

Bref, je vais donc faire comme tout le monde et grossir les rangs de tous ceux qui sont revenus enchantés de leur voyage !

Je vais certainement éditer un livre de ce voyage, n’hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressés

1 Commentaire

  1. Justine

    Super série ! J’adore l’ambiance générale qu’on sent à travers les photos.
    Et ca donne très envie d’aller en Ecosse ! Merci beaucoup

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retrouvez ci-dessous les différents lieux où je suis allé